( 19 juin, 2008 )

Le droit de penser différement

Bonjour,

 

Aujourd’hui, je vais toucher un peu au terrain de la justice.

En effet, je pense que notre système nécessite une nouvelle manière de penser. Actuellement, la justice considère qu’il y a des délinquants, mais en y regardant de plus près, ces délinquants ne sont-ils pas des victimes oubliées de la société?

 

Quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse de la rage.

 

Notre société fait la même chose. Tous les condamnés sont les victimes d’une société qui n’a pas su, pu ou voulu détecter et prendre en charge pour soigner les problèmes d’un individu depuis sont plus jeune âge. Ces mêmes problèmes, laissés en friche, seront le terrain fertile d’actes monstrueux mais prévisibles.

Ainsi, la société elle-même pense qu’un enfant élevé par des parents « spéciaux » deviendra lui-même un cas « spécial » de la société puisque les homosexuels ne se voient pas accorder le droit d’adopter pour cette raison. Or, dans notre société de ‘‘tolérance’’, seule la norme compte, les personnes spéciales ne sont pas vues d’un bon œil.

Personne n’aime se faire rappeler à l’ordre.

Or, chaque suicide, chaque crime, chaque délit est un rappel à l’ordre de son échec pour la société. Un rappel à l’ordre qui vient d’un individu qui a « craqué ».

Mais la société préfère oublier ces individus qu’elle n’a jamais aidé dans des cellules toujours plus nombreuses et plus pleines à craquer plutôt que de reconnaître ses erreurs de fonctionnement et de chercher à s’améliorer.

Notre société préfère dépenser notre argent pour construire plus de prisons plutôt que dépenser notre argent à soigner les personnes malades enfermées dans ses prisons déjà existantes.

Ce fonctionnement est d’ailleurs la preuve de sa décadence et de l’absence de tête bien-pensante dans ses leaders. La politique répressive actuelle me fait plus penser à celle d’une personne qui met en place les moyens de faire un coups d’Etat qu’à celle d’une personne qui cherche à améliorer les individus de la société, et par ce moyen la société elle-même.

Plus de restrictions, plus de répressions, plus de policiers, plus de prisons, plus d’emprisonnements sont les attributs des régimes tyranniques. Il en est de même de la concentration des pouvoirs qui aujourd’hui a tendance à revenir à la mode.

Le pouvoir appelle le pouvoir… Plus, toujours plus…

 

Toute vie tend vers l’amélioration, l’évolution de Darwin est la conséquence de cet axiome. Le comportement asociale de certaines personnes d’une société découle de cet axiome et des règles de cette société. La victime de la société, ne voyant pas comment évoluer en son sein, comment s’améliorer en son sein, ne voit pas d’autre choix que de chercher des solutions en dehors des règles de la société. Il en découle qu’une société ou un groupe social qui rejette un de ses individus le pousse a se faire délinquant.

Ce phénomène est très bien observé au sein du noyau familiale. Lorsque des parents délaissent un enfant, ce dernier va commettre des bêtises. Les parents devront sanctionner la bêtise, bien-entendu. Mais la différence entre les parents classiques « cromagnonesque » et les parents moderne, « supernanyesque », c’est que les derniers analysent la véritable cause du problème et changent leur comportement pour éviter la récidive de leur enfant là où les premiers imposent sans les expliquer leurs règles par la force.

 

La force est certes un moyen d’imposer ses vues aux autres, mais la force ne peut imposer ses vues qu’à des plus faibles.

Aujourd’hui, l’Homme a suffisamment utilisé ses muscles, il devrait essayer d’utiliser sa matière grise… D’ailleurs, la nature qui fait toujours bien les choses bouleverse le schéma millénaire de l’organisation des société humaines fondées sur la force (masculine) en y introduisant une organisation fondée sur la matière grise (féminine).

 

Vous imaginez-vous punir systématiquement sans réfléchir et sans explication votre enfant par une fessée ou en l’enfermant dans une cave ou au grenier chaque fois qu’il enfreint une de vos normes ? Non, d’ailleurs la société elle-même ne manque pas de punir l’abus de ce type de punition au sein du noyau familiale… Par contre, quand il s’agit de le faire pour elle-même…

En effet, notre société se comporte à l’égard de chacun de ses individus (non-privilégié) comme les parents « cromagnonesques » puisque le simple fait de violer une norme suffit pour être condamné. Notre société ne se demande pas pourquoi la norme a été violée. Elle ne se demande ni ce qu’il faudrait soigner chez celui qui a violer la norme (pour éviter sa récidive), ni ce qu’il faudrait modifier chez elle pour éviter la multiplication des comportements déviants.

Il faut reconnaître qu’elle prend quand même un peu en charge les dommages collatéraux qu’elle appelle victime. Mais cette distinction de traitement fausse les relations société/victime/dommage collatéraux en la montrant sous l’angle société/délinquant/victime.

Dans le premier schéma (purgé des émotions et des apparences), chaque acteur fait partie de la société, chaque acteur a un rôle utile et chaque acteur a intérêt à aider les autres pour améliorer la société et ses individus.

Dans le second schéma (chargé en émotions et fondé sur les apparences), le délinquant est évincé de la société. Elle le rejette et le condamne sans essayer de le comprendre. Et quand elle essaie de le comprendre, c’est pour mieux se retourner contre lui. Ce second schéma qui affiche l’ambition paradoxale de réinsérer ses délinquants ne fonctionnera jamais. Les bons résultats obtenus sont exclusivement dus à la volonté de la victime (= du délinquant) de se soigner malgré les dommages causés par la société et les émotions. Bref, il n’y a de bon résultat que lorsque la victime n’est pas vraiment malade ou est suffisamment entourée ou intelligente pour s’en sortir sans la société.

Les émotions, les passions, notamment lorsque les dommages collatéraux sont des personnes, brouillent la pensée, échauffent les esprit et noient le poisson.

Aujourd’hui, le jeu des émotions et des passions amplifié par les manipulations politico-médiatiques permet de prendre des lois, dont la vocation est d’être une règle générale, pour répondre à un cas particulier artificiellement chargé en émotions et en passions.

Toutes les lois prises sous la pression de l’émotion et sous l’influence des passions sont condamnées à devenir de mauvaises lois, si elles ne sont pas déjà de mauvaises lois. En effet, les circonstances qui encadrent l’apparition de ces lois ne dureront pas longtemps contrairement aux lois votées.

Trop de lois tue la loi.

Il faut réformer la loi et le système judiciaire, mais en diminuant le nombre de lois et en transformant le schéma société/délinquant/victime en schéma société/victime/dommage collatéral. Il faut redonner au juge le pouvoir d’adapter les sanctions au cas pas cas. La loi étant générale, c’est à la jurisprudence de s’attacher aux cas particuliers. En contre-partie, il faut sanctionner les juges pour les fautes grossières qu’ils commentent dans leur travail de manière à les responsabiliser (il est impensables que les personnes appelées à responsabiliser le peuple soient irresponsables !!!) et à les forcer à un faire un effort de qualité.

 

J’ai encore énormément de chose à écrire, mais ce sera pour plus tard.

( 18 juin, 2008 )

Le monde va mal

Bonjour,

 

Ceci est mon premier article sur mon blog, je m’excuse par avance si je ne suis pas encore au top et s’il est long.

J’ai créé ce blog pour élever une voix dans la nuit qui entoure les événements de la planète.

Je souhaite que cette voix soit lue, reprise et disséminée partout à travers le monde.

C’est naïf mais bon, je n’en peux plus de rester sans rien dire alors que tout va de plus en plus mal en ce bas monde sauf les bénéfices de 5 à 10% d’entreprises… Qui se fichent pas mal des souffrances et de la famine dont elles sont pour le moins indirectement responsables.

 

Tout est lié dans ce bas monde et je n’aurai donc pas à prouver ce que j’avance.

 

Une entreprise qui fait des bénéfices en affamant les travailleurs, en dénigrant le travail, en se fichant éperdument de la vie des personnes n’est pas une entreprise saine, même si son bilan l’est. Une entreprise qui ne vit que pour ses bénéfices n’a plus rien d’humaine. A l’origine, les entreprises ont été créées pour organiser et fournir du travail, aujourd’hui elles le sont pour faire de l’argent. Organiser et fournir du travail est une cause noble et humaine. Faire de l’argent n’est pas une cause, c’est un moyen, un moyen de fournir du travail selon les entreprises, un moyen de réduire en esclavage une force de travail selon moi.

Ces entreprises inhumaines doivent disparaître au profit des entreprises humaines. Comment peut-on avoir le culot de se verser un parachute de plusieurs centaines de smic économisés par l’entreprise grâce au licenciement des salariés qui étaient payés par cet argent. Un homme qui met un autre homme dans une situation difficile doit assumer ; a fortiori un homme qui met plusieurs hommes et leur famille dans une situation difficile doit assumer. Et l’entreprise humaine le fera aussi. L’entreprise humaine a pour objectif principale de créer des richesses pour la société terrienne (hommes, animaux, végétaux…) et non pour en tirer des bénéfices.

 

Comment ne peut-on pas poursuivre les responsables des entreprises dont les salariés se suicident dans leurs locaux? Se suicider sur le lieu de son travail révèle sans aucun doute possible l’intention du suicidé d’attirer l’attention sur son travail. Or, quel est l’intérêt de son travail pour lui maintenant qu’il est mort? Aucun. Ce n’est pas pour lui qu’il a choisit ce lieu pour mourir, c’est pour d’autres. Pour qui? Ses camarades de travail? Son employeur? L’inspection du travail? Un juge et un procureur? La réponse est simple… trouvez l’intrus ^^.

Encore faut-il se pauser les bonnes questions. Quel sont les souhaits et l’état d’esprit d’une personne prête à mourir? S’il veut dénoncer quelque chose, comment doit-il s’y prendre?

Cette personne pense à la mort parce qu’elle n’arrive pas à obtenir ce qu’elle veut de son vivant, à être entendue. Elle pense donc que sa mort, ou plutôt la mise en scène de sa mort sera considérée comme suffisamment grave pour qu’on se penche dessus et qu’on écoute son message : « je suis mort ici pour dénoncer mes conditions de travail, précurseurs martyr de l’armée de libération des travailleurs » . La mise en scène de la mort est donc un message destiné à dénoncer les responsables de cette mort, mais aussi un message demandant aux autres de continuer le combat pour que sa mort ne soit pas inutile. Mais qui l’a compris et qui s’en soucie?

Evidemment beaucoup croient que chacun est libre et responsable de sa vie. Personne ne peut être accusé si un individu de la société se suicide. C’est tout simplement FAUX, une réflexion d’endormi mental ou d’un éveillé coupable entouré d’endormis. En effet, de notre naissance à notre mort, nous allons côtoyer une société qui va nous imposer des normes, des règles, des humiliations, des injustices, sa vision de l’histoire… Pour toute vie, La liberté consiste à obéir aux parents, aux professeurs, aux employeurs, à son partenaire, à l’Etat.

Par ailleurs, si vous ne payez pas vos dettes fiscales (impôts et taxes dont l’origine est le pillage !!!) vous irez directement en prison sans passer par la case départ… Comme à l’époque des rois, il vous faut donc payer pour ne pas être enfermé, acheter votre liberté de vivre ailleurs qu’en prison. L’acheter à ceux qui disent nous protéger, mais qui se protègent de nous… La liberté est aujourd’hui une illusion pour tromper le peuple, un hologramme. Elle n’existe que dans la tête des gens, mais elle est inapplicable en société. Tout du moins tant que persistera cet esprit de prédateur égoïste prêt à tout pour du papier monnaie ou pour dominer les autres. Quelle liberté existe dans cette forme d’esclavage?

Cette société qui dit accueillir ne fait que cueillir.

Ces responsables, qui sont payés très cher sous prétexte qu’ils sont responsables, ne sont même pas inquiétés alors qu’ils sont au moins aussi coupables que l’automobiliste roulant trop vite et renversant une mère et ses enfants. Ils ont poussé leur employé au suicide par leur mauvaise gestion de l’entreprise. Cette mauvaise gestion ne dépends pas du résultat de l’entreprise, elle dépend du bien-être des salariés que toute entreprise s’engage à leur donner en échange de leur force de travail. Or, comme la force de travail est mal payée, c’est que les hommes et leur force de travail ne sont ni bien considérés, ni même respectés.

Comment ces voyous peuvent justifier leur salaire s’ils n’assument pas leur responsabilités? Ils le font par des alliances et des accords secrets avec les associés qui sont des responsables dans une autre entreprise. En réalité, cet argent n’est pas justifié, il est sans mesure avec le service apporté à l’entreprise ni même avec les responsabilités à assumer. Le versement de telles sommes va directement à l’encontre de l’intérêt de l’entreprise comme de l’intérêt social. La justice qui a pourtant les moyens de les poursuivre, notamment au civil, mais surtout au pénale ne fait rien. Pire, parfois elle approuve le détournement de fond sociaux et le légitimise, elle est complice.

 

Pourtant, une économie basée sur le profit à tout prix marche sur la tête et finira inéluctablement par se casser la figure. Sans aide, c’est l’aboutissement logique de toute société qui ne tient pas compte de ses individus, de TOUS SES individus. Avec l’aide de la nature, ça ira plus vite, et c’est d’autant mieux comme ça que cela montre un peu à ces puissants qu’ils ne sont riens que des individus perdus au milieu des autres lorsqu’un cyclone balaie leur ville… Ce qui arrivera de plus en plus souvent jusqu’à ce que l’humanité comprenne son erreur intolérable de laisser mourir ses cellules de faims sans raison ou jusqu’à ce que l’humanité soit tellement réduite qu’une nouvelle ère pourra recommencer.

 

N’oubliez pas Oh mortel que nous sommes des enfants de la nature, des animaux soumis à ses lois, la nature n’aime pas le vide, elle n’aime pas non plus le déséquilibre… Or, que fait l’Homme si ce n’est déséquilibrer la nature, tenter de le faire tout du moins. Pompage de pétrole, modification de l’air, des sols, des eaux, des surfaces forestières, destruction de milieux naturels… Et je passe le plus grave : démographie incontrôlée et consommation frénétique.

Trop de prédateurs sur un même territoire rend inévitable une association ou un affrontement entre ces prédateurs. Or, vous constaterez que le plus souvent les prédateurs se battent entre eux. Pour la paix? non, pour défendre ou conquérir un territoire avec son gibier et ses femelles. Cela est d’autant plus vrai quand le gibier à tendance à s’amenuiser… Voilà ou nous en sommes aujourd’hui. OUVREZ LES YEUX ET VOYEZ, OUVREZ VOS OREILLES ET ENTENDEZ.

L’Homme est quand même le plus idiot des prédateurs dans la mesure ou il ne se contente pas de prélever ce dont il a besoin, il prélève plus dans le but de tirer un profit du plus dont il n’a pas besoin. Ce comportement égoïste a toujours conduit les société humaines à s’autodétruire car il arrive un moment ou presque tous les biens se retrouvent dans les mains d’une minorité de prédateurs qui ont asservis les autres. Mais comme le démontre très bien Socrate, Le Maître devient esclave du travail de son esclave, du savoir faire qu’il a transmis à son esclave et qu’il a lui-même perdu. Inéluctablement, les maîtres d’aujourd’hui seront les esclaves de demain. Il faut arrêter ce cercle vicieux, mais pas grâce à des maîtres indéboulonnables, car le temps les déboulonnera.

D’ailleurs, pour cette ère les premiers signes sont déjà passés, mais personne n’y prête attention… sauf les maîtres, qui savent que leur fin est proche, mais ne partiront pas sans combattre. Pour l’instant, chacun des esclaves est trop englué par ses maîtres dans un petit train-train personnel pour voir ce qui se passe vraiment.

Pas de recul, pas d’analyse, pas de solution.

Mais la famine arrive, et pas qu’au sud…

Pendant ce temps, les maîtres dirigent et gouvernent notre vie en fonction de leurs intérêts en s’efforçant de nous faire croire le contraire. C’est d’ailleurs amusant de faire le parallèle entre les vacances d’un président sur un yacht appartenant à un directeur de chaîne privé et la disparition quelques mois plus tard de la publicité sur les chaînes publiques… Coïncidence? Mouais, si vous voulez, mais il y en a beaucoup… Quid de l’augmentation des riches membres du gouvernement qui n’ont pas besoin de tant d’argent pour vivre alors que de plus en plus de personnes sacrifient un repas pour bien nourrir ses enfants? Où encore de tous les scandales autour des appartement HLM ou de fonction qui leurs sont attribués gratuitement… alors qu’en bas de chez eux, la police vient à leur demande déloger un malheureux qui dort dans la rue… parce que ça fait sale !!!

Aujourd’hui, c’est allé trop loin. L’heure des soldes approchent, la liquidation totale est pour bientôt. Toutes ces entreprises, tous ces associés, ces dirigeants, toutes ces personnes qui affament le monde pour garantir leurs bénéfices et assoir leur pouvoir doivent disparaître, il ne doit rien rester.

 

Elles ont la force me dit-on, l’argent, le pouvoir, la puissance d’aller partout corrompre la planète. Elles ont tout ça oui, comme Satan pour les croyants de toutes les religions. Serait-ce la peur qui vous arrête. Pensez aux enfants. Quel monde voulons nous leur laisser?

Quel monde allons nous leur laisser?

Un monde où on ne peut plus respirer ? où l’eau potable est plus rare que le soleil en Normandie ? où la nourriture sera empoisonnée par les OGM ? ou l’Afrique et l’Asie seront dévasté par des famines à cause entre autre des OGM et des brevets sur les graines que les agriculteurs ne pourront pas s’offrir? Où il n’y aura plus de poissons dans les océans ?

Breveter la nourriture !!! Faut vraiment faire peu de cas de la vie pour autoriser des inepties pareilles. Et en faire encore moins cas pour demander un tel brevet dont l’unique but est de faire des bénéfices, de rentabiliser les investissements… Il est SCANDALEUX de laisser dire que les OGM permettront de nourrir les affamés, car c’est un énorme mensonge. Les fabricants d’OGM se fichent totalement des affamés, sinon, ils auraient dépensés leur argent à construire des puits et des réseaux d’alimentation en eau là ou les agriculteurs en ont besoin pour cultiver leur terre. Ils auraient acheté et envoyé de la nourriture aux gens qui ont faim, et surtout, ils se seraient opposé à ce que la nourriture envoyée soit revendue par les autorités pour acheter des armes. Mais ces actions, qui seraient plus efficaces et plus rapides que les OGM, ne sont pas rentables, donc sans intérêt.

Pour ces gens, le simple fait de sauver des vies est sans intérêt. Ils veulent du fric et toujours du fric, les autres peuvent crever en attendant qu’ils amassent.

 

 

Voilà, j’ai déjà dénoncé du lourd, je continuerai plus tard. J’attends vos impressions, vos réactions… même si je ne me fais pas trop d’illusion quand à la possibilité de changer les choses humainement.

 

12
« Page Précédente
|